Russie Russie virtuelle

HUMOUR


Hodja Nasreddine est un personnage folklorique des pays musulmans de l'ex-URSS. Les aventures de ce sage facétieux sont aussi connues des Russes ainsi que d'autres ethnies, souvent sous forme de très courtes histoires, et jouissent d'un grand succès. La preuve : Hodja Nasreddine, qui existe depuis des centaines d'années, est toujours vivant au 21è siècle !


A.Matsenko

Hodja Nasreddine 2000


J'ai longuement marché. Je jette un coup d'oeil :
Allah, ô quel malheur - les liens sont inconnus...
On me propose "Retour à la page d'accueil" -
Mais d'où je viens, je ne m'en souviens plus !
      Ibn Host, "Le collier de bannières"
      (poème soufi du XII siècle)


Une fois les villageois demandèrent à Hodja Nasreddine :
- Pourquoi ne crées-tu pas ta propre page perso ?
- C'est très simple, - répondit Hodja. - Quand j'ai la bénédiction d'Allah, je n'ai pas Front Page...
- Et quand tu as Front Page ?
- Celui qui a Front Page, celui-là ne peut avoir la bénédiction d'Allah ! - répondit le sage.


Pendant le dîner au château, l'émir commença à s'extasier sur Linux.
- Oh, la ligne de commande ! - disait-il. - Oh, l'accès séparé ! Rien que pour ça, j'aurais échangé toutes les beautés de mon harem contre Linux !
- Moi, je n'aurais échangé ma femme que contre Windows 98, - dit Hodja, pensif.
- Maudit lamer, masdaïchtchik (1) ! - s'écria l'émir, courroucé. - Explique-toi immédiatement !
- C'est tout simple, - Hodja haussa les épaules, - ce serait un échange équitable. Ma femme adore aussi les stupides bijoux de pacotille, ne fait rien à la maison et pose sans arrêt des questions idiotes...


Une fois entre Hodja Nasreddine et un derviche qui se faisait passer pour un soufi très savant, il y eut une discussion enflammée. Le derviche citait le Coran si aisément que Hodja ne put trouver de réponse pertinente et se tut.
- Alors, tu es à court d'arguments ? - demanda le derviche avec suffisance.
- Non, j'ai juste une baisse temporaire de trafic ! - répondit Hodja.


L'émir commanda à Hodja Nasreddine un site Internet sur son pèlerinage à La Mecque.
- Fais beaucoup d'applets Java, - déclara-t-il, - j'adore les applets Java !
- Moi aussi, ô mon maître, - répondit Hodja.
- D'un autre côté, il ne faut pas trop charger la page, - dit l'émir après réflexion, - j'estime que le mieux est l'ennemi du bien.
- Moi aussi, ô mon maître, - répondit Hodja.
L'émir regarda attentivement Hodja et dit :
- Les applets Java sont passés de mode. Je crois qu'un ou deux suffisent amplement.
- Moi aussi, ô mon maître, - répondit Hodja.
- Si tu en fais ne serait-ce qu'un seul, j'ordonne de te couper la tête ! - hurla l'émir. - Je déteste les applets Java !
- Moi aussi, ô mon maître, - répondit Hodja.
- Alors n'as-tu donc pas ta propre opinion ? - s'indigna l'émir. - Une fois tu adores les applets Java, une fois tu les détestes !
- C'est toi qui me payes, et non les applets Java...- Hodja Nasreddine haussa les épaules.


Un jour, Hodja Nasreddine changea de mosquée. Le mollah de l'ancienne mosquée, en rencontrant Hodja au marché, se mit à l'apostropher :
- Tu es un homme sage, - disait-il, - crois-tu que tes prières parviendront mieux à Allah de la nouvelle mosquée ?
- Beaucoup de choses dépendent du fournisseur d'accès, - sourit Hodja Nasreddine.


Un jour, les villageois dirent à Hodja Nasreddine que sa femme passe beaucoup trop de temps sur Internet.
- C'est un impudent mensonge ! - répondit Hodja fièrement. - Si elle se promenait beaucoup sur les pages persos des autres, elle viendrait de temps en temps voir la mienne...


Quand Hodja Nasreddine était mollah, les gens lui demandèrent de prier Allah qu'il envoie de la pluie pour une bonne récolte. Hodja pria beaucoup, mais la pluie ne vint pas. Les gens commencèrent à dire que les prières du nouveau mollah ne parvenaient pas à Allah.
- Mes prières parviennent très bien, - n'en tint plus Mollah Nasreddine. - Tout simplement, il doit y avoir aux cieux un problème d'encodage !


Un riche et avare marchand demanda une fois à Mollah Nasreddine s'il irait au paradis.
- À une seule condition ! - coupa Mollah. - Si l'enfer est UNDER CONSTRUCTION ce jour-là !


Hodja Nasreddine et sa femme avaient un BBS à la maison. Une nuit, le serveur est tombé en panne. Sa femme réveilla Hodja Nasreddine.
- C'est notre serveur commun à 50-50 ! - dit-elle. - Viens le remettre en service, c'est ton tour !
- Bon, va remettre en service ta moitié, - marmonna Hodja endormi, en se cachant la tête sous la couverture, - et que la mienne reste en panne encore un peu !


Ayant entendu dire que Hodja Nasreddine était un véritable soufi, de nombreux élèves, des derviches et des curieux, commencèrent à venir le voir de partout.
- Que dois-je faire, maître ? Parfois j'ai l'impression que je vais comprendre les voies d'Allah, - demanda une fois un jeune mystique, - mais au moment le plus important Il m'échappe !
- Si tu veux avoir une connexion de qualité, paie-toi une ligne haut débit ! - répondit Hodja.


______________
1. Expression venue du jeu "Doom" ("You must die!", y disent les méchants), qui a engendré le slogan "Windows must die!" et devenue le nom propre (le mustdie - "masdaï") utilisé dans le jargon informatique en Russie pour désigner Windows, avec plein de dérivés - par exemple, "masdaïchtchik" - adepte de Windows etc.