Russie Russie virtuelle

HUMOUR


M.Zadornov

Je ne comprends pas!

(extraits)


Je ne comprends pas. Maintenant, il n'y a plus de pouvoir soviétique, mais je n'y comprends toujours rien. Dites, pour les fonctionnaires je ne comprends pas : s'ils sont si honnêtes, pourquoi ne payent-ils pas les impôts sur leurs pots de vin ? À propos, je ne comprends plus Primakov. Il a dit l'autre jour: "Nous allons tourner l'économie face à l'homme". Et comment était-elle tournée par rapport à l'homme sous Tchernomyrdine ?

Et notre président, je ne le comprends pas toujours. Il rassemble ses subordonnés et leur dit : "Il faut combattre la criminalité". Et il fait une grimace à faire peur. Aïe, les criminels ont peur de lui... Mais je ne comprends pas - pourquoi rassembler les criminels pour leur dire qu'il faut les combattre ? Et ils restent assis à acquiescer ! Vas-y, combats...

Je ne comprends pas non plus cet engouement en Russie pour les mots étrangers. Partout on voit des panneaux en anglais "Shop", "Foot", "Hot-dog", "Orge-trading". Les pauvres vieux disent : "On ne sait plus quoi acheter". Une vieille se tient debout au centre de Moscou et lit "Shop, shop, shop, shop... zut, à choper une urticaire." Pourquoi faut-il écrire en anglais en Russie ? J'ai voyagé dans plusieurs pays, et pas de panneaux en russe nulle part. Seulement à Cuba où j'ai vu une annonce en russe dans une pharmacie : "Plus d'alcool".

Pourquoi tout le monde nous appelle Eurasie ? Eurasie - c'est quand il y a plus d'Europe que d'Asie. Et nous avons plus d'Asie que d'Europe. Donc, nous ne sommes pas Eurasie, nous sommes Asiope.

Et surtout, on ne sait pas à qui s'adresser pour comprendre tout ça. Au président ? Il va encore nous faire peur. S'adresser à notre procureur ? Le procureur se plaint à nous que les criminels ne lui laissent jamais de preuves. Quels salauds, ces criminels ! Expliquez-moi, car je ne comprends pas : deux personnes trimbalaient une boîte contenant 500 mille dollars à l'intérieur de la Maison Blanche (1). Ils furent pris avec la boîte. Dedans, il y avait 500 mille. Et il n'y pas de preuves ! Il n'y en a pas, et c'est tout. On a regardé dedans : "Aïe, combien de preuves il n'y a pas, oh là! là !" Et les deux autres disent : "La boîte n'est pas à nous. On nous l'a donnée pour la porter un peu. Un type inconnu s'est approché - voulez-vous porter un peu une boîte avec 500 mille dollars à l'intérieur de la Maison Blanche ?" Et surtout, pendant que le ministère public regardait dans cette boîte, toutes les preuves ont disparu.

Bon, on s'en fout de la boîte... On a arrêté un violeur à Moscou. Trois personnes l'ont vu - c'est lui. Le jugement commence - il n'y a pas de preuves ! On n'a pas trouvé l'arme du crime sur le lieu du crime.

Je ne comprends pas, comment eux là-haut se donnent du "Monsieur". C'est comme à Moscou, dans l'entrée d'un immeuble, il y avait une annonce : "Messieurs, arrêtez d'uriner dans l'entrée".

Par contre, j'ai compris une chose : pourquoi la crise est venue. Regardez : le soir, il ont obtenu un crédit. Et le matin, il y a la crise. Bravo !!! Voler autant en une seule nuit. Le présentateur a dit le lendemain à la télé : "Toute la nuit, la lumière est restée allumée dans la Maison Blanche".

___________________
1. La "Maison Blanche" est le surnom du bâtiment du gouvernement russe.